Jacques Villette: Pour la réhabilitation de Maurice Papon
Accueil    L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie  

 

Répertoire des noms français

Bousquet René, né le 11 mai 1909, et assassiné le 8 juin 1993. Préfet régional de la Marne, il fut nommé en 1942, Secrétaire général de la police par Laval auquel il rapportait directement. Il participait au conseil des ministres. Il définit la collaboration de la police de Vichy avec les polices allemandes, dans le cadre de la convention d’Armistice. Il négocia  la déportation des juifs étrangers de la zone non occupée, en échange de l'exemption pour les Français israélites. Il fut quasi acquitté en 1949 en Haute Cour de justice. Helmut Knochen témoigna en sa faveur.
Chapel Jean, Directeur du cabinet du Préfet Régional de Bordeaux.
Darlan François, né en 1881, assassiné à Alger en décembre 1942. Amiral de la Flotte, puis homme politique, il devint vice-Président du conseil en décembre 1940 jusqu’au retour de Laval. Il eut une politique de collaboration ayant pour objet d’obtenir un traité de paix. Il refusa d’imposer le port de l’étoile jaune. Présent à Alger au moment du débarquement américain de novembre 1942, il ordonna à l'armée de renoncer à résister aux forces américaines, puis de s'allier à ces forces. Les Américains lui en furent reconnaissants.
Darnand Fasciste fanatique, il est nommé en remplacement de René Bousquet, jugé trop tiède par les Nazis, au moment du durcissement de la politique antijuive en décembre 1943. Il a le titre de Secrétaire général au maintien de l’ordre car il commande également la Milice qu’il a créée. Condamné à mort par la Haute cour de Justice, il fut fusillé le 10 octobre 1945.
Darquier de

Pellepoix

Succéda à Vallat comme Secrétaire général aux questions juives, le 6 mai 1942, avec des pouvoirs plus étendus et participait au Conseil des Ministres. Il rapportait à Laval, chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur. Il finit sa vie réfugié en Espagne.
Dehan Lucien. Délégué régional provisoire de la SEC (la police antijuive) à Bordeaux. En conflit avec la Préfecture, surtout avec Papon, il fut limogé en 1944 et il intégra la Milice.  Il fut jugé en 1948 par le tribunal militaire de Bordeaux, et exécuté.
Delannet Julien. Prédécesseur de Maurice Papon à Bordeaux.
Dubarry Jacques. Sous les ordres de Garat, il le remplace en septembre 1943. Monsieur Papon pensait qu'il était plus ferme vis à vis des Allemands
Duchon Intendant de police de la Préfecture de Gironde. Les nazis lui  transmettre leurs ordres, mais ils se méfiaient de lui (voir le CGQJ) et en 1944, ils commandent directement aux commissaires..
Frédou
(coaccusé)
André. Commissaire divisionnaire adjoint de Duchon, et chef régional de la sécurité publique. Il assure la liaison avec le KDS lorsque Maurice Papon arrive à Bordeaux. Il est nommé Contrôleur Général de la police pour la région. Il rapporte directement au ministre, mais conseille toujours Duchon qui lui confie son intérim quand il s’absente. A la Libération, accusé de trahison, son procès aboutit à un non-lieu.
Garat Pierre. Il est déjà responsable des affaires juives à la préfecture, lorsque M. Papon arrive à Bordeaux. Très jeune, et plutôt de droite, il est vite convaincu par le Rabbin de devoir aider les juifs. Il quitte Bordeaux le 25 août 1943, et il est remplacé par Dubarry. Maurice Papon ne le trouvait pas assez ferme vis à vis des SS.
Hilaire Georges. Remplace Maurice Sabatier au Secrétariat général de l’administration, et rapporte à Laval qui est aussi ministre de l’Intérieur. Il a donc une position plus politique que celle de celui qu’il remplace, et assiste au Conseil des ministres. Il fut remplacé par Lemoine en janvier 1944.
Ingrand Jean Pierre, décédé en 1993. Il était le délégué en zone occupée du Sous-Secrétaire  à l'Administration, Hilaire, de juillet 1940 à janvier 1944. Il rapporta à de Brinon en zone occupée. Il fut donc le chef de Maurice Papon, mais ne fut jamais inquiété, ni même interrogé comme témoin par les différents juges d’instruction.
Laval Pierre, né en 1883, exécuté à Fresnes en 1945. Homme politique socialiste de la troisième république, il fut président de Conseil en 1931 et 1935. Ministre d’Etat du Maréchal Pétain, en juillet 1940, il fit voter la modification de la Constitution qui attribua des pouvoirs spéciaux au Maréchal. Il fut arrêté le décembre 1940 sur ordre du Maréchal, et remplacé par Darlan. Il revint au pouvoir en avril 1942, sur demande des Allemands ou en faisant croire que les Allemands l’exigeaient. Il était persuadé que l'Allemagne gagnerait la guerre, et agit en conséquence. Il endossa la responsabilité du marché passé avec les SS : livraison des juifs étrangers en échange de la sauvegarde des juifs français. Il fut condamné à mort par la Haute cour de justice, et exécuté.
Leguay
(co-accusé)
Jean, né le 29 novembre 1909, et décédé le 3 juillet 1989. Représentant de René Bousquet en zone occupée.
Marquet Adrien. Maire de Bordeaux. Il fut ministre de l'Intérieur du gouvernement Pétain, du 23 juillet au 6 septembre 1940. Il révoqua 35 préfets à la création de l'Etat Français (les juilletisés), mais il n'approuvait pas la dérive anti-républicaine. Il fut acquitté en janvier 1948 après 41 mois de prison. Le grand rabbin J. Cohen, Helmut Knochen et Larrose témoignèrent en sa faveur. 
Pierre-Alype Préfet régional à Bordeaux avant M. Sabatier. Il a laissé le souvenir d’avoir été collaborationniste. On lui a reproché d'avoir participé à la désignation des 50 otages fusillés le 24 octobre 1941.
Poinsot Commissaire de police sous les ordres de Duchon. Il prit le parti d’obéir plus aux allemands qu’à Duchon ou au Préfet.  A. Marquet avait déjà demandé sa révocation sans succès, avant l'étatisation de la police. Il livra de nombreux policiers résistants à la GESTAPO, et fut exécuté à la Libération.
Police des questions juives Crée le 19 octobre 1941, elle est rattachée à la police nationale. Elle est remplacée par la SEC le 5 juillet 1942. Elle dépendait du Commisariat Général aux Question Juives (CGQJ)
Sabatier

(coaccusé dans l’instruction précédente)

Maurice. Membre du corps préfectoral. Il est qualifié de légaliste par ceux qui ont étudié sa personnalité. Secrétaire général à l’administration du ministère de l’Intérieur, il rapporte à Pucheux, ministre de l’Intérieur du gouvernement Darlan. Il est limogé au retour de Laval au pouvoir le 19 avril 1942, et remplacé par Georges Hilaire. Il est nommé préfet régional de Bordeaux où il prend ses fonctions en juin 1942. Il y restera toute la guerre.
Sauts Commandant. Il est le chef de cabinet de Leguay, représentant de Bousquet en zone occupée.
SEC Section d’Enquête et de Contrôle. Elle est rattachée le 13 août au Commissariat général aux question juives. Ce rattachement correspond à une sélection de policiers antisémites. C’est la police chargée de définir qui est juif, et elle assiste la Gestapo dans l’arrestation des juifs.
SSS Service des Sociétés Secrètes. Véritable service d’espionnage de l’administration. On retrouvera dans ses archives des rapports sur les différents responsables de la préfecture, rédigés par des stagiaires ou des subalternes.
Techoueyre
(coaccusé)
René, né le 24 juin 1911, décédé le 4 avril 1989. Commissaire de police sous les ordres de Duchon.
Tissier  Lieutenant Colonel, maître de requêtes au Conseil d'Etat, qui, le 8 janvier, donna à la BBC des instructions aux fonctionnaires et magistrats demeurés en France.
Vallat Xavier, Secrétaire général aux questions juives, il rapporte à Pucheu, ministre de l’Intérieur du gouvernement Darlan.

Accueil    L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie