Jacques Villette: Pour la réhabilitation de Maurice Papon
Accueil    L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie  

 

COMMISSARIAT GENERAL
AUX QUESTIONS JUIVES
   __________________                                         Paris,  le Ier  Février 1944.

DIRECTION DU STATUT DES
        PERSONES
ET DES AFFAIRES JURIDIQUES

                                                        LE COMMISSAIRE GENERAL AUX QUESTIONS JUIVES

                                                                à Monsieur le PREFET de la Gironde
                                                                                     BORDEAUX
          
                                                                           __________

            J'ai été amené à constater que dans nombre de cas vous avez  délivré des attestations aux personnes que vous aviez cru devoir radier du registre des juifs de votre département.

            Or, il s'est avéré que tous les bénéficiaires de ces attestations, se croyant une fois pour toute en règle,  circulent  avec comme seule preuve de leur non-appartenance à la race juive cette attestation, et même entendent réclamer certains droits.

            C'est ainsi qu'il croient suffisant de présenter ladite attestation au Commissariat Général aux Questions Juives pour obtenir satisfaction. Ils se croient également dispensés d'y produire les actes civils et religieux qu'ils ont déposés dans vos services et si, par hasard, dans le temps où ils ont présenté leur requête le conjoint est déporté, leurs meubles saisis ou bien les scellés mis sur leur appartement ; ils s'en prennent au commissariat Général aux Questions Juives de la lenteur avec laquelle leur requête est examinée.

            Devant ces faits, je crois donc utile de vous rappeler  que le Commissariat Général aux Questions Juives est le seul organisme compétent pour connaître le statut racial des personnes sous le contrôle du Conseil d'Etat.

            En conséquence, et pour qu'enfin il me soit permis de donner satisfaction aux impétrants éventuels, je vous demanderai de bien vouloir me transmettre tous les dossiers, avec pièces originales, des personnes qui auraient bénéficié dans vos services d'une attestation de radiation du registre des juifs.

            Vous voudrez bien également attirer l'attention de ces bénéficiaires sur le fait que si ces attestations sont valables pour certaines vérifications faites par vos services, elles sont sans valeur dans les autres cas.

            Enfin, vous m'obligeriez en me transmettant, de toute urgence, le dossier de M. Raoul ARNAUD, né le 31 Octobre 1880 demeurant  33, Bd du Centre à Pessac, et celui de M. ASSE Noël, Roger,  20  rue des Girondins à CAUDRAN (Gde).

            Enfin, je vous rappelle l'affaire MOCH, née LABROUSSE et ses enfants, qui ont déjà fait l'objet  d'une précédente correspondance.

                                               Pour le Commissaire Général aux Questions
                                                                       Juives
                                                 Le Directeur du Statut des Personnes
                                                    et des Affaires Juridiques

                                                                signé  :  illisible.

Cette page est la recopie d'un document extrait du dossier d'un jugement en date du 18/11/1949 du Tribunal Militaire Permanent de Bordeaux, qui est une copie certifiée conforme à l'original, faite à Bordeaux, le 12- 4 - 1947.

Remarques : 

    Ce document illustre le conflit entre le CGQJ et Maurice Papon.
    On voit que Maurice Papon faisait délivrer des attestations alors qu'il n'en avait pas le droit. Les bénéficiaires utilisaient parfois, par ignorance, ces attestations dans des conditions qui risquaient d'être dangereuses pour Maurice Papon. On sait que l'acrimonie de la SEC  est montée au point que, in fine, la  SEC et la Gestapo ont retiré au service des questions juives de la préfecture le registre des juifs.